Maquette72
       
Maquette72 > Mes amis > Philippe Martin > Lavotchkine La-250 Anaconda

Lavotchkine La-250 Anaconda

URSS, 1957

A-Model, 1/72

Montage Philippe Martin

Le La-250 fait parti des plus gros chasseur jamais construit, il arrive en troisième position derrière le YF-12 et le Tu-128. Il vola pour la première fois en 1956 et fut construit à quatre exemplaires. Le La-250 devait pouvoir intercepter une cible volant à 1250 km/h à 20000 mètres d'altitude, à 500 km de sa base. Le guidage se faisait par la station de contrôle Vozdukh-1 qui devait l'amener à 40 km de sa cible, le radar (ou système de tir) K-15U Uragan prenant alors le relais pour tirer les missiles de manière automatique.La force aérienne soviétique, devant le manque de progrès, abandonna le projet en 1959, avant la fin des tests et peu avant la mort de Lavochtkine qui survint le 9 juin 1960. Cependant, l'expérience acquise permettrait l'étude du futur Tupolev Tu-128. Le La-250, qui fut le premier avion soviétique construit autour d'un système d'arme, fut aussi le dernier avion conçu par Lavotchkine.

Une maquette Amodel primitive mais bien conçu, une bonne dose de mastic est tout de même nécéssaire pour en venir à bout !

voici quelques photos en cours de montage pour donner une idée de la quantité de mastic et plastique fondu nécessaires. Vous avez aussi une vue des missiles comparés à une figurine pour donner une idée de la taille de ces monstres !

 

les deux missiles 275A prêt à être peint, vous remarquerez leurs tailles !

Le missile "275", lui, devait peser 870 kg, dont 125 kg de charge explosive provoquant un rayon mortel de 50 mètres. Grâce à son moteur-fusée à ergols liquides, il devait atteindre la vitesse de 3900 km/h. Le La-250 devait emporter deux de ces missiles, semi-encastrés sous le fuselage en tandem. un missile d'interception, un des premiers missile guidé par son avion porteur.

Le missile proposé par Lavotchkine était le G-300. Il faisait appel aux tubes à lampe pour son guidage et pesait une tonne. Il était impossible de le monter sur un chasseur de l'époque, on en monta donc 4 exemplaires sous les ailes d'un Tu-4. L'ensemble fut renommé G-310 et 10 vols furent effectués en 1952. Le G-300 avait comme performances attendues une portée de 15 km et une altitude de 20000 m. En définitive, il fut abandonné car impraticable.

En novembre 1952, le gouvernement soviétique ordonna le développement du Kompleks K-15, Kompleks étant l'équivalent de notre système d'arme. Il consistait en un intercepteur "250" (le futur La-250), et en missiles "Type 275" (ou K-15). Le La-250 devait pouvoir intercepter une cible volant à 1250 km/h à 20000 mètres d'altitude, à 500 km de sa base. Le guidage se faisait par la station de contrôle Vozdukh-1 qui devait l'amener à 40 km de sa cible, le radar (ou système de tir) K-15U Uragan prenant alors le relais pour tirer les missiles de manière automatique.

Le missile "275", lui, devait peser 870 kg, dont 125 kg de charge explosive provoquant un rayon mortel de 50 mètres. Grâce à son moteur-fusée à ergols liquides, il devait atteindre la vitesse de 3900 km/h. Le La-250 devait emporter deux de ces missiles, semi-encastrés sous le fuselage en tandem.

haut de page

ACCUEIL | ME CONTACTER | LIENS