Maquette72
       
Maquette72 > Mes amis > Gaëtan Oddou > Curtiss H75 englouti

Curtiss H75 englouti

France, Mai/juin 1940

Heller, 1/72

Montage Gaëtan Oddou

 

C'est parti…pour un rêve de gosse de la plupart d’entre nous : une épave sous marine d'un avion de la deuxième guerre mondiale.

Je n’ai pas trouvé de photos d’épaves d’avions français, mais je suis tombé un jour sur un P.40 qui est assez proche d’un curtiss H.75. Cette photo provient de la collection du plongeur Thierry willaey, qui a bien apprécié le montage qui va suivre (même si je me suis trompé sur la couleur de sa bouteille…nul n’est parfait !)

A grands coups de scie, de pelle et de pioche on attaque le fuselage pour lui donner un aspect rongé (mais pas rouillé car les avions ne sont pas en acier…)

L’hyperstructure interne est classiquement formée de cadres et de lisses fabriqués en fils de cuivre et profilés evergreen.

L’intérieur totalement vide de la maquette Heller doit être fait en scratch avec de la carte plastique maison (pot de yaourt ici) !

La mise en peinture : une base verte très patinée afin de donner un aspect lugubre à l’intérieur.

Les détails du nez ouvert de l’avion sont bricolés rapidement : ces pièces seront noyées dans le sédiment ensuite. Je ne fais donc pas dans le détail. Le bois de récupération est idéal pour ce travail simple (enfin pas si simple quand même). On note le collecteur d’échappement réalisé avec de l’attache métallique dans des règles qui n’ont rien à voir avec du lard…(je ne sais pas si je me fais bien comprendre…)

La mise en croix est réalisée après un travail d’affinage des volets… un affinage façon garçon boucher évidemment…les fils de cuivre correspondent au câbles d’antennes qui sur certaines épaves restent en place pendant des années.

Un masticage aléatoire imite les incrustations d’algues…le mieux est de faire n’importe comment comme ça c’est plus simple et plus réussi !
Le sable est ensuite collé à la colle à bois diluée. Il s’agit d’un sable des îles tamisé jusqu’au dernier tamis à 0.125 mm de diamètre…

La mise en peinture tient compte du problème de la disparition des couleurs avec la profondeur. Pour une profondeur de plus de 15 mètres les couleurs deviennent bleu vert foncé. Après 30 mètres il fait noir. Je me suis situé dans cette fourchette. Toutes Les couleurs sont donc dans ces tons. Le résultat est plutôt sympa et je l’avoue inattendu !

Le plongeur est taillé dans une figurine Esci. Les algues sont des buissons synthétiques du commerce.

Merci d’avoir suivi ce montage.
PS : voici le commentaire deThierry Willaey, le plongeur qui a pris les photos à l’origine de ce montage :
Bonjour,
Un grand bravo à "Gaët la bëte", je suis le preneur de photos du P40 et là je suis stupéfait du travail réalisé.
C'est plus qu'une passion, c'est du grand art. Encore mille félicitations, à oui j'oubliai, ma bouteille de plongée n'est pas jaune mais noir…

 

Refonte du diorama à début janvier 2017

 

 

 

 

 

 

haut de page

ACCUEIL | ME CONTACTER | LIENS