Maquette72
       
Maquette72 > Mes amis > Gaëtan Oddou > Un français à Palmyre

Un français à Palmyre

France, 1940

Scratch, 1/72

Montage Gaëtan Oddou

bonjour à tous, le montage qui va suivre ne sera pas tout à fait habituel...pour commencer en raison du choix du modèle : je ne pars pas d'un avion (bien qu'un avion se cachera dans le décor) mais d'une figurine. une figurine de Norbert : le légionnaire de la 13ème DBLE, un Français Libre donc (au sens strict, un FFL). Je ne connaissais rien à son histoire et j'ai donc cherché un peu de doc sur wikipedia. je cite une partie de l'article et vous invite à lire le reste sur wiki directement :

https://fr.wikipedia.org/wiki/13e_demi- ... ng%C3%A8re

"L'unité est constituée en Afrique du Nord à partir de volontaires des autres unités étrangères stationnées sur places. Elle est alors commandée par le lieutenant-colonel Raoul Magrin-Vernerey et comprend au départ deux bataillons. À partir du 13 mai 1940, elle livre ses premiers combats en Norvège au sein des troupes du général Béthouart où elle s'empare de Bjervik puis de Narvik. L'opération est un succès mais l'invasion de la France par les troupes allemandes l'oblige à être rapatriée sur le territoire national (...)

La 13e DBLE débarque en Bretagne le 4 juin en vue de constituer l'ossature d'un réduit breton à la mi-juin. Toutefois, devant la progression allemande, elle est prise dans la tourmente de la débâcle. Le 21 juin les rescapés de la demi-brigade réussissent à embarquer et rejoindre l'Écosse. Ces troupes qui n'ont pas entendu l'appel du 18 juin retrouvent d'autres unités du Corps expéditionnaire de Norvège dans la région de Trentham (en). Les plus avertis n'entendent parler de l'appel du 18 juin que les jours suivants, dans la presse britannique ou par ouï-dire.

Adhérant à cet appel, le capitaine Pierre Kœnig3 adjoint du lieutenant-colonel Raoul Magrin-Vernerey, convainc celui-ci de se rendre à Londres, où ils ont un entretien avec le général De Gaulle. Magrin-Vernerey y rencontre le général Antoine Béthouart, chef du Corps expéditionnaire de Norvège qui lui permet de rencontrer ses hommes au camp de Trentham Park (en) le soir du 30 juin. Sur 1 619 légionnaires présent le 28 juin, un peu moins de 900 rallient la France libre, les autres rejoignent le Maroc sous le commandement du général Béthouard (...)

Fin septembre 1940, l'unité participe à l'opération Menace contre Dakar. À la suite de l'échec du débarquement au Sénégal, elle finit par débarquer, sous le commandement du lieutenant-colonel Cazaud, en Afrique-Équatoriale française pour participer, en novembre 1940, à la campagne du Gabon et au ralliement de la région à la France libre4, sous le commandement du général de Larminat6.

Elle reprend alors sa dénomination d'origine et, au sein de la Brigade française d'Orient, contourne l'Afrique et débarque à Port Soudan le 12 février 19416 pour participer aux combats en Érythrée contre l'armée italienne. La brigade se distingue lors de la bataille de Keren, le 27 mars 1941, puis de Massaoua le 8 avril 1941).

Au cours du mois de mai suivant, l'unité rejoint la Palestine et le camp de Qastina en vue de participer à la Campagne de Syrie. La demi-brigade entre en Syrie le 8 juin et après de durs combats, elle entre à Damas le 21 juin."

et voila...quand on lit toute cette histoire, franchement on est fier pour eux et on est fier tout court !...ils méritent une petit maquette non ! Or justement il se trouve que je suis un passionné total de l'architecture greco-romaine et que par dessus tout je rêvai d'aller visiter Palmyre en Syrie au moins une fois avant de mourir (sur ce sujet rien à dire mais oui...c'est clairement foutu ).

allez c'est parti ! j'ai commencé le projet en juin dernier (75 ans jour pour jour après la prise de Damas !). voici à quoi il devrait ressembler au final. les dessins ci-dessous sont réalisés à l'arrache sur du papier brouillon de couleur en surveillant...le baccalauréat (ouf je me suis pas fait chopper)

sur cette vue remarquez la forme des murs supérieurs : c'est un G comme gaët !!!

j'ai bossé un mois tout plein pour préparer et construire la base du temple. Cette aventure m'a conduit à analyser, lire et voir des tas de documents. pour faire simple, un temple grec c'est une œuvre GEOMETRIQUE. tout est nombre, régularité et distorsion, proportion, finesse et robustesse. mais par dessus tout ce qui marque le visiteur d'un temple grec c'est son élégance...

bref je ne dois pas me planter ! eh bien ça va être dur...bon alors voici la base. c'est du balsa. les colonnes sont en bois. tout est fait main en scratch...

le sol d'un temple est en plaques de marbre posées sur des pierres de moins bonne qualité. j'ai donc construit des plaques de marbre que j'ai découpées et abîmées comme il faut...

et puis j'ai collé tout ça sur le bois

sur cette plaque au sol j'ai gravé en lettre grecque les inscriptions liberté fr(aternité)

voila comment je construis une colonne. il me faut environ 2 à 3 heures pour en finir une totalement, il y en a 16 dans ma ruine, vous comptez...(ça bien sûr en plus du boulot, de la nana qu'il faut sortir de temps en temps, des enfants qu'il faut emmener à l'école, le kine pour celle qui s'est pétée la cheville au kung fu, des soirées à regarder la télé (heu ça non j'en n'ai pas), bon bah c'est pour ça que je vais pas vite voila...)

d'abord il faut rainurer à la scie...

puis il faut cercler des tores

et abîmer tout ça

ensuite je passe un enduit dilué au pinceau pour donner un aspect pierre

et puis bah je mets tout ça en place (avec niveau à bulles, fil à plomb, couteau à huîtres, grenouille, punaise je crois que je me suis pété une durite à force... )

aller c'est parti pour l'entablement. il s'agit des blocs situés au dessus des colonnes. ce sont généralement des blocs de pierre plaqués de marbre. pour donner cet effet j'ai construit la structure en bois (= pierre) et collé une carte plastique (= marbre) par dessus.

la partie basse est un dégradé de plaque de marbre, la partie haute appelée frise était ornée de statut en bas relief...j'abime l'ensemble à la fraise boule.

deux murs seront encore debout. même méthode...

à la fin de ces opérations ma scie tiger mourut...mais heureusement elle survécut !

l'entablement est en place (armé de tige métallique et tout)...

la on voit bien la lettre G comme gaët

remarquez sur les colonnes frontales ces étranges piédestaux. il s'agit des supports des statuts d’évergète : la ville de Palmyre tirait ces richesses de taxes sur le commerce et chaque marchand offrait ainsi à la ville des colonnes et des temples. pour honorer ce financement privée on posait une statue de chaque donateur ou evergète sur chaque colonne de la ville. Palmyre était le hong kong des temps antiques...

on passe à la partie la plus technique et la plus dure à réaliser : le fronton triangulaire. j'ai galéré car tout à l'air simple mais...c'est une illusion. il m'a fallu une semaine pour comprendre...et deux semaines pour le construire...

la base est un triangle sur lequel se disposait des statuts de héros ou de divinités

ce triangle est entouré d'un...de.....de tout un tas de trucs super chiants à construire et à ajuster voila ! en cartouche vous pouvez comparer avec le temple le mieux conserver de tout le monde romain : le temple d'Auguste à...Nîmes (dans mon département).

chaque éléments de la structure m'a pris un temps fou. les cannelures de la partie inférieure sont coupées à la scie, les blocs sont en allumettes coupées qui alternent avec du plastique pour donner des éléments de variation...

et pour finir il tout massacrer à la fraise boule (de plusieurs tailles)

je fixe tout ça sur l'entablement. attention les joints ne sont pas encore fait. les fissures seront bien sûr bouchées par la suite. voila ce que ça donne...

ah oui au fait un temple grec ne pouvait pas se voir comme ça à l'époque antique car l'avion n'existait pas ! donc les gens le voyaient uniquement depuis le sol comme ça : et c'est la qu'il trouve sa beauté (je trouve)

en changeant l’éclairage

remarquez ces élément hauts que j'ai rajouté pour donner de l’équilibre entre l'avant et l'arrière trop dépouillé du temple

à l'attaaaaaaaaaque ! voici les fameuses ça te tue :

les évergètes sont représentés de manière allégorique. en réalité les donateurs portaient des toges romaines. mais j'aime la pureté du nu plus propre à l'esprit grec...

sur le fronton on trouve au centre une scène de combat entre deux héros grecs sous le regard et la protection d'Aphrodite qui symbolise en quelque sorte la beauté de cette représentation guerrière (le combat n'avait pas la connotation négative qu'il a aujourd'hui).

à gauche on voit un combat entre animaux au milieu d'humains qui les chevauchent. ce thème est fréquent dans la statuaire gréco-romaine.

à droite une adaptation du laocoon grec (la copie romaine est à Rome), représentant des hommes (avec ici des femmes) attaqués par un serpent. remarquez le personnage dont il ne reste qu'un bras et la tête : il donne une dimension aérienne à la scène et surplombe le visiteur (vu d'en bas).

on peint ? aller on peint...cette phase sera longue donc je vous la présente par étape. je suis encore loin d'avoir fini...

d'abord un apprêt noir mat.

puis je peins par tronçon. en effet si je veux autoriser le mélange des teintes acryliques entre elles je dois travailler par étapes de 3/4 heures max.

de plus près on voit le travail de texture sur les faces en carte plastique. pour l'obtenir j'ai tamponné du mastic sur les surfaces avant la peinture...


remarquez au sommet une gargouille en forme de tête de lion...

sur cette vue on voit la méthode : du noir au blanc en passant par une séquence de teintes ocres dégradées...c'est trèèèès long à faire !

ah et au fait, l'herbe (flocage) commence à prendre sa teinte. contrairement à l'habitude je l'ai collé avant de le peindre car je voulais lui donner une teinte or comme celle du blé en été...

comme tu t'en doutes ce ne sont pas des statues mais des figurines détournées...en l’occurrence il s'agit de nageurs dans le lac (Preiser) dont les positions donnent un élan incroyable. les laocoon par exemple sont en réalité en train de s'essuyer avec une serviette !!! j'ai longtemps cherché avant de trouver cette boîte de figurines du lac. les soldats grecs sont des figurines zveda au 1/72 très classiques mais en vinyle donc pas facile à travailler...voici les deux boîtes principales :

le temple au fait est à l'échelle 1/72, c'est un temple hexastyle périptéral du premier siècle de notre ère. voici les figurines après le passage des acryliques. j'aime bien comme ça...mais il va falloir estomper tout ça...plus tard.

phase one : airbrush evreywhere to homgeneizing the surfaces, don't inquiétez vous, la peinture n'a pas disappear...

phase zwei : beer (ça veut dire jus en allemand) pour faire ressortir l'usure de la pierre

phase τρία : deuxième ouzo (ça veut dire jus en grec) mais plus puissant et contrasté.


voila ça déchire...

phase สี่ (quatre en Thaïlande où j'ai envoyé ma nana pour qu'elle me laisse bien tranquille finir mon temple...voila !) : le légionnaire de Norbert.

phase finale : le final !

attention les yeux...faites sortir les femmes et les enfants, prévoyez un kit de réanimation en cas avéré de syndrome de Stendhal ! mesdames (ah bah non y' en a plus) et messieurs, devant vos yeux ébahis, "un Français libre à Palmyre"

 

 

 

 

haut de page

ACCUEIL | ME CONTACTER | LIENS