Maquette72
       
Maquette72 > Mes amis > Gaëtan Oddou > Morane Saulnier MS406

Morane Saulnier MS406

France, GC I/6, mars 1940

Heller/Smer + Scratch, 1/72

Montage Gaëtan Oddou

je ne sais pas si je suis le seul à le sentir mais certains posts de master ont tendance à monter le niveau vers des dimensions stratosphériques...on se sent tout petit...

mais ce n'est pas une raison pour ne pas se lancer dans un truc un peu plus dur que d'habitude...voila ce que je vous propose. C'est une équation simple.

prenez une fondue savoyarde classique au fromage fondue :

ajouter un MS.406 heller (réédition SMER)

et vous obtiendrez un truc comme ça :

(source : MS.406 édition Avions (lelapresse), page 80 (photo basse qualité))

il s'agit de l'épave du MS.406 n°860 du GC I/6 piloté par le Lieutenant Janouche. celui-ci s'en est tiré indemne en sautant en parachute. l'avion s'est donc écrasé tout seul comme un grand se brisant l'aile gauche sur une sorte de barrière. L'évènement s'est produit en mars 1940 et n'est pas lié à un combat aérien mais à une panne moteur.

un projet fou ? oui absolument, mais qui peut résister à l'appel de la fondue savoyarde ?

voyons pour commencer ce que nous avons dans la boiboite...au niveau décalcomanies : poubelle, détail intérieur (tableau de bord, fauteuil, manche...) : poubelle. en fait seules les surfaces sont exploitables mais il va falloir regraver en creux...

le problème d'un montage comme celui la c'est...par quoi commencer ? réponse : j'en sais rien. il n'y a qu'à tailler dans le tas. on verra bien.

sur ce montage à blanc on distingue les parties à charcuter...

pour commencer j'ai été gentil. j'ai pas trop scié. mais plus tard je vais découper encore plus (ha ha !)

pour la vraie fumée, j'ai pensé à un truc avec de la résine cristal teintée au smoke tamyia, mais j'avais bu (autre chose que de l'eau) ce soir la...

eagle pour moi la fondue c'est dans le Jura qu'elle est la meilleure : avec du comté affiné 18 mois au moins, ça tue...tu me feras goutter la fribourgeoise (on doit bien pouvoir faxer du fromage non !...)



on attaque l'intérieur. ça va être coton ça l'intérieur, vu qu'on va le voir de puis l'extérieur...heureusement j'ai le kit HI-TECH en photodécoupe. ça aide bien. je dirais même plus c'est nickel chrome...regardez :

le fauteuil

la "cage" intérieur avec les cadres avant et arrière du cockpit. c'est tout petit mais ça se monte facilement.

on peindra ça plus tard en attendant j'attaque les ailes (ha bon pourquoi ? il est fou celui-la !)


sur cette vue on observe le travail sur l'aile : regravure et rivetage.

et la on s'amuse :

pour introduire cette journée (j'ai pas cours le mercredi) une mise en peinture du cockpit. il est en bleu de nuit (humbrol 104 pour moi).

on remarque la mise en place de câbles disposés à plat grâce à une méthode simple (comme pour les cartouchières de manu).

On repasse aux ailes. Pourquoi ? parce que le cockpit doit prendre appui sur le longeron principal de l'aile...

le longeron sera construit avec des profilés evergreen en forme d'IPN miniature.

mise en place du longeron principal

partie avant des nervures de l'aile

fin des travaux sur l'aile.

le problème maintenant c'est la mise en place de l'ossature interne du fuselage. Voila ma stratégie : utiliser le longeron comme appui pour mettre en place cet ensemble.

avec deux tiges

puis des cadres par en dessous (mais je ne suis pas sûr qu'il y avait des cadres sur le tôlage haut et bas, mais ce qui est fait est fait...),

le cockpit est à la bonne hauteur !

mise en couleur avec des jus à l'huile...

bon j'en suis la pour l'instant...mais je dois faire une pause pour MANGER DU FROMAGE FONDU !!!

il n'y a de nervures "pleines" qu'au niveau des couvre joint de revêtement, et à l'emplacement des ligne de rivets, ce sont de simples profilés(fausse nervures) et entre chaque nervures "pleines", une nervure oblique.
Mais, ça c'est pour le côté technique. Sinon, ça ressemble malgré tout à une structure d'aile.... de MB 152....

D'après des reliques dont je ne peux poster des photos, le siège est gris foncé avec une pointe de vert, genre RLM 02 mais plus foncé et les tubes composant l'armature de fuselage sont gris bleu clair(au moins sur la cellule en cours de restauration, puisque on trouve un gris foncé sur la "queue" d'un 406 exposé dans un musée.

pour la structure d'aile je me suis inspiré des deux photos du lelapresse page 15.

Sur le dessin, on voit parfaitement ce qu'il vas falloir construire maintenant ! Pour la couleur je peux éclaircir sans problème et tendre vers le gris (en fait c'est déjà le cas). En tout cas je note la couleur des tubes : Gris !

la structure interne de la partie arrière du fuselage ressemble à la structure d'un vieux coucou de la première guerre mondiale. des cadres carrées et une armature en cordes à piano.

la partie arrière servira de gabarit pour l"ensemble de la structure.

la structure tubulaire est finie. il faut maintenant la stabiliser par des câbles qui à cette échelle sont en fil de pêche de 0.8 mm (flèche noire).

et voila tout rentre !


toutefois le fuselage doit aussi être renforcé par du fil :

l'ossature arrière est mise en peinture, c'est la fin :

on teste l'ensemble, ça colle !

avant de finir cette session, un petit retour sur la voilure interne. les documents que waroff et Griffin m'ont envoyé montrent que l'intérieur est gris bleu clair. j'ai donc tout repeindu !

voila l'étendu des dégâts à l'heure actuelle...

sur 406, le pare brise avait une découpe pour loger la glace de visée qui était littéralement incrustée dans le pare brise. sur le devant de l'embase du collimateur, côté extérieur donc, la glace teintée anti éblouissement était rabattue à plat sur le capot, et pouvait être relevée perpendiculaire au capot grace à une manette située sur la droite du viseur. Cette glace était teintée en bleu
ci dessous sur la maquette au 1/32, sans la glace teintée

la glace pare soleil en bleu pour l'OPL Clair Modèle 31 modif. 1936 ?? (Thierry Fournier).
Ce n'est pas ce qui est validé :
- sur les plans (OPL) du dit collimateur,
- sur le suivi de production de l'équipement,
- sur les collimateurs préservés.

Cette 'glace' devrait-être de couleur vert 'bouteille'.

Pour ma part sur MS.406 , j'en étais resté à 2 montages pour l'OPL Clair Modèle 31 Modif 1936 :
- 1ère installation : Collimateur en avant, donc la vitre intégrée au pare brise.


- 2eme installation : collimateur reculé, entièrement dans l'habitacle.

en sandwich avec un bout de cuir pour protéger lors du serrage.

bravopour le charcutage,enfin une maquette réalisé pae EDWARD aux mains d'argent ou FREDDY les griffes de la nuit... (janiffe)

A L'ATTAAAAAAAAAAQUE !

d'abord merci pour vos infos éclairantes sur le système de visée du 406. je taillerai cette vitre dans une bouteille d'eau minérale (n'en déplaise au pote Janiffe (bien vue quand même!))

mais reprenons la maquette...avant tout voici le plan d'action :

pour terminer la voilure il faut fermer le train d'atterrissage mais contrairement aux habitudes par l'intérieur de l'intrados...première opération fermer ces puits avec des bulles soufflées sur un stylo bille :

en place,

en peinture.

les roues de l'autre côté

puis on ferme les ailes avec le petit phare d'aile et les feux de position.

ensuite mise en place du demi fuselage gauche.

le raccord karman est à la bonne place sur le kit heller (contrairement aux kits au 48 et 32)

pour mettre à niveau le cockpit j'ai triché un peu avec des poutres...

puis les bouteilles (couleurs ???) derrière le siège

et la plaque support des radios (à venir)

pose du dernier cadre pour finir la partie arrière

sacré travail à vous faire sortir votre mouchoir (de Cholet)

Pour tes bouteilles, l'une pourrait être gris moyen avec une extrémité blanche et l'autre métal naturel comme celle qui se trouve le long du karman droit.
Il n y avait pas de "plancher support" pour la radio derrière le siège, du moins sur les 406, celle ci était suspendue aux cadres par 8 sandows (encore en blanc sur la photo) et il y avait une traverse en tôle pliée supportant le convertisseur et la batterie. (waroff)

Bon alors, kes skon va faire la ??? ouh la la c'est k'y en a du boulot ma bonne dame...

et si on se faisait un petit moteur Hispano Suiza 12Y31 ? au 1/72...Une fois la maquette finie, le moteur ne sera pratiquement pas visible, mais après tout c'est l'occasion de se faire un petit plaisir :-D

Pour commencer je découpe quelques plaques de plastique à la bonne taille (9 plaques de 1 mm).

puis assemblage et premier ponçage...

deuxième ponçage :

perçage et mise en place du circuit de carburation (une partie) :

en parallèle, ponçage et perçage interne du nez (comparez la gauche et la droite) :

fabrication des pipes, coupées dans de la seringue et écrasées à la pince :

fin des travaux. Tout n'est pas construit mais rappelez-vous que le moteur ne sera pas visible une fois le nez fermé !

les pipes sont juste posées pour la photo, elles ne sont pas collées (c'est pour ça qu'elles ne sont pas droites) :

mise en peinture :

il faudra ensuite brûler les surfaces, car n'oubliez pas que c'est l'incendie du moteur qui a provoqué le crash...

et pour finir, la mise en place (à blanc) pour vérifier la coïncidence entre les pipes et les trous de nez (ouh la je sens qu'on va détourner cette phrase) :

mais c'est TOP MOUMOUTE ! ça rentre parfaitement...trop cool.

Aller c'est tout pour aujourd'hui...

pour ce montage soyons clair je ne sais plus où donner de la tête...je suis débordé et un peu perdu (voir totalement paumé)...mais j'avance. c'est l'essentiel !

voila ce qui est fait et ce qui reste à faire :

on attaque donc la radio suivant les conseils éclairés de waroff :

la batterie :

puis l'habitacle est fixé pour attacher les 4 derniers sandows

les deux rervoirs de carburant sont construits dans la carte plastique de Gilles Mazon (merci Gilles). ils sont couleur "cuir"...

en place


avec des câbles issus du tableau de bord et tout tordus car brûlé par l'incendie...

j'ai rajouté tout un tas de câble en m'inspirant des photos disponibles. remarquez le câble de radio relié à la future antenne, ainsi que le bouchon du réservoir du bas avec les traces d'huile (un peu gras, mais c'est pas encore sec...)

et puis voila, j'ai tout fait pour ne pas en arriver la mais il le fallait bien... : tout fermer et tout faire disparaître

on remarque la cloison du bloc moteur avec son rebord (en feuille de papier pour faire plus fin).

oui je sais. ça fait des plombes que j'aurai dû le finir celui-la. mais il arrive parfois un stade où on n'ose plus rien toucher de peur de faire une grosse con...erie ! c'est une rencontre avec l'ami Rodolphe G. (qui a repris le rayon maquette au jouet club de Marseille ) qui m'a fait avancer sur ce projet. Il m'a appris une technique géniale pour érailler une maquette (une technique de la fameuse école espagnole si j'ai bien compris). on va y revenir...

avant de m'attaquer au capot moteur j'utilise un cobaye test. ce vieux kit matchbox va morfler...

c'est bien ce que je voulais ! cramer un capot sans tout foutre en l'air. j'applique sur mon 406 :

j'ai chauffé un peu fort mais bon c'est pas mal quand même.

pour affiner les bordures j'utilise du scotch alu autocollant. la découpe sur mesure est réalisé avec un gabarit en bande tape.

la mise en peinture présente une particularité qui va me permettre de réaliser l'effet de brulure sur le capot. on commence par du noir mat humbrol donc GLYCERO. on laisse sécher...

puis une couche ACRYLIQUE de nato black (anthracite)

du gris moyen

du gris plus clair (mat mais pas encore sur la photo !)

on laisse sécher...

et voila la big astuce : bombarder d'alcool à brûler les teintes acvryliques à l’aérographe. le noir glycéro du dessous résiste. on obtient ainsi un effet d'éraillures par une sorte de sablage ou de peinture à l'envers !

l'effet est plutôt sympa. mais il faut encore travailler les effets crasseux (c'est la mode en ce moment en plus...)

un peu de trainées au stylo fin gris clair (faber castel B) et passage de pastel blanc.

puis du jus noir. l'hélice est salie avec de la terre brûlée.


le projet avance...on note la mise en place d'une feuille de liège perforée sous l'avion pour épouser sa forme. il va y avoir encore du sport !

la couche glycéro a séché une nuit. pour les acryliques j'ai utilisé un sèche cheveux pour accélérer le mouvement. le temps de nettoyer grossièrement l'aérographe et c'est parti. l'alcool est passé presque tout de suite. c'est compliqué en fait. il faut insister longtemps avant que la peinture parte. mais on contrôle assez bien en fin de compte. on peut par exemple enlever la peinture panneau par panneau.
les applications de ce principe sont immenses. les spécialistes peignent les premières couches à l'acrylique puis appliquent du fixateur à cheveux en bombe. ça protège la peinture du dessous. le seul vrai soucis c'est...de savoir quand il faut arrêter ! sinon on enlève tout ! (mais pour les avions japonnais en tout cas c'est idéal).

avant de finir le montage j'ai réalisé que je devais peindre le planeur. en effet plus il y a de détails moins il sera facile de balancer de la peinture sous pression sans tout casser. le problème numéro 1 d'ailleurs pour ce montage ce sont les caches...

voici les faits : mis en place de feuilles d'alu alimentaire hyperfines donc invisibles.

une partie de cache cache mortelle...mais ouf j'ai rien pété !

couche de peinture noir humbrol mat donc glycéro (comme pour le capot moteur mais à l'aéro pour ne pas effacer la gravure et les rivets) :

puis gris foncé acrylique

gris clair

puis gris moyen

puis un camouflage sympa avec des tâches complexes et deux verts (kaki et vert normal (je veux dire vert classique enfin vous m'avez compris...)


vernis klir acrylique (j'aurai peut-être pas dû en fait mais bon c'est fait...)

et je bombarde avec de l'alcool à brûler...(réponse à Badger : je passe à l'aéro sur 2 bar hyper près de la surface et il faut 4/5 passages pour que ça marche ! la peinture résiste très bien hélas surtout qu'en plus je l'avais vernis...)


et l'effet est plutôt pas terrible. donc je change de méthode avec un vieux truc des maquetteux de blindés. le cache saupalin déchiré pour faire de une bordure aléatoire :


bon c'est mieux mais il va falloir augmenter largement les effets...fin l'aéro on passe aux jus et pastels.

punaise ouah la la c'est terrible !

bon d'abord le dessous qui je dois l'avouer va disparaître dans le dio. profitez-en vous ne le verrez plus (tant mieux parce qu'il est moche mais bon on le verra plus hein...)

puis les photos avec la lumière du jour mais à l'ombre (diffuse donc) :

allez encore une ! j'ai le syndrome de Stendhal la...

marcredi après midi par exemple j'ai passé des heures à échouer ! voici le problème : sous l'effet de la chaleur la verrière du MS.406 ont volé en éclat (c'est du plexiglass je crois), donc il ne faut que les montants des verrières... j'ai alors voulu tailler la verrière en vacu falcon pour conserver les montants en forme...grosse erreur. et j'ai tout pété !

voila la verrière avant la taille...


après la taille il ne restait plus rien...donc je suis reparti de novo avec des tiges taillées finement dans des profilés evergreen :

comme ça c'est fin. on note que j'ai pu conserver la partie avant de la verrière falcon. les montants sont en feuille d'alu taillée très fin...

avant de mettre en place cette verrière j'ai mis en place le viseur avant et les montants arrières (j'ai un peu triché la).

ensuite je place la verrière et le viseur extérieur :

vu de loin

merci votre altesse, dans le genre furieux vous n'êtes pas mal non plus
encore deux photos avec le nez !

on y est presque ! il ne reste plus qu'à rajouter des câbles dans le moteur pour faire le raccord avec le planeur...

en fait en regardant la photo on constate qu'il n'y a plus aucune partie vitrée autour des montants sauf au dessus du fenestrons pour la visée de tir. je l'ai peint avec du vernis mat pour le rendre opaque. en revanche je n'ai pas réussi à enlever les petits bouts fondus sur les autres montants.

pour assurer la jonction moteur planeur (bien défini par waroff) j'ai fabriqué quelques câblages en fil de cuivre.

je les fait tourner sur des axes parallèles et ça tourne dans tous les sens :

 

a boîte ronde est le réservoir d'obus du HS.404

du fil électrique encore du fil électrique !

des copeaux de plastiques obtenus par hasard (je sais pas comment j'ai fait...)

de l'autre côté des câbles annelés (waroff sois indulgent avec la bëte !)

la jonction à blanc ne donne pas un écart trop grand...

la mise en peinture nécessite un passage à l'aérographe, il faut donc mettre quelques caches et bien flipper que ça ne déborde pas...

puis brossage à sec et retouche

assemblage, ouf !


Ha au fait j'avais oublié le volet intrados de l'aile gauche, c'est fait :

sur la photo qui m'a servi de base de travail on distingue au premier plan trois ombres, trois spectateurs. il me faut donc trois personnages...
les figurines proviennent de trois fabricants différents. je les ai retaillé et mastiqué pour faire français et de même taille environ...

(la photo est moche et l'aspect vernis est temporaire...)

le dio consistera en un petit support en bois médium couvert d'une feuille de liège taillée au centre pour caler l'avion sur le ventre. une couche de crépis rustique est appliquée puis peinte en marron moyen.

quelques jus plus tard :

à l'échelle ça donne ça :


sur les bords j'ai déposé de l'herbe et au centre de la cendre est peinte à l'aérographe

les petites mottes de terre sont en terre d'ocre que j'ai acheté au fils de philippe martin à Saint victoret (salut Fil si tu me lis et à demain !)

sur la photo originale on découvre d'étranges poutres en métal noir. sans doute une barrière de limite de piste...j'ai donc fait des barres en fil de cuivre de 1.5 :

le tout est alors collé et ça donne ça :

on note l'ajout de plaques de cendre collées à la colle à bois. elle donne une bonne jonction entre l'avion et le sol. rien de pire dans ce genre de dio qu'un découplage entre les éléments...après mûres réflexions je pense en revanche qu'il ne faut pas aller plus loin. les personnages donnent de la vie à la scène. remarquez le pilote au centre qui semble fasciné...mais c'est la joconde putain !

en sépia ça fait cool !

 

Salutatous celle la elle nous crame .........

AUX PETITS OIGNONS . (janiffe)

haut de page

ACCUEIL | ME CONTACTER | LIENS